L'une est cheffe d'entreprise depuis 2009 ; l'autre vient de fêter les 25 ans de son entreprise. L'une travaille dans un milieu plutôt féminin, le textile. L'autre dans un monde assez masculin, le paysagisme. L'une travaille seule ; l'autre dirige une équipe d'une vingtaine d'employés. Toutes les deux font partie des lauréates des Trophées 2013 de l'Economie qui vient de récompenser sept bretonnes.

Portraits croisés de Stéphanie et Jocelyne.

Pour Stéphanie Abgrall, finistérienne de 45 ans, c'est à l'occasion d'une reconversion professionnelle qu'elle crée sa propre entreprise : Biotissus. « La couture et les tissus, c'étaient ma passion et mes hobbys – explique-t-elle – c'étaient des domaines que je connaissais bien et en plus le produit biologique correspondait à mon mode de vie. C'est beaucoup plus agréable de faire un métier qui passionne et qui est en adéquation avec ses opinions qu'elles soient politiques ou philosophiques. »

7-Jocelyne Truin laurate Perfomance Commerciale prix remis par Sophie Fuchs Ouestfrance-entreprises et Didier Buquet DCF 2De son côté, Jocelyne Truin, brétilienne de 54 ans, ne s'est pas posée toutes ces questions quand en 1984 elle a suivi son architecte-paysagiste de mari dans son projet d'entreprise. En mai 1988, ils créent ensemble DJ Création dont elle devient gérante. En 2006, le sort s'acharne : son mari, puis son fils qui travaille aussi à l'entreprise, tombent successivement gravement malades et Jocelyne se retrouve seule à la tête d'un atelier de menuiserie et d'une équipe de paysagistes. « Il a bien fallu que je fonce – commente-t-elle – il y a eu une bataille intérieure, un dépassement de soi ». Et une réussite puisqu'en une année, elle parvient à passer d'un chiffre d'affaire de 900 000 à 1,4 million €. C'est sans doute cette combativité qu'ont voulu récompenser les Trophées de l'Economie 2013 en lui décernant le Prix de la Performance Commerciale le 15 octobre dernier.

5-Stphanie Abgrall laureate Femme dans lindustrie prix remis par MA. Simon-Philippe Meuble Philippine et F. Rode Bretagne Developpement Innovation 2Stéphanie, elle, pense que le jury a surtout salué son « opiniâtreté à vouloir réimplanter en France un secteur d'activité qui était sinistré, celui de la production textile » tout en reconnaissant bien sûr l'aspect éthique de son projet qui a contribué à « maintenir des emplois notamment chez un tisseur et à développer l'agriculture biologique en Normandie. » Le lin vendu en ligne ou dans des salons professionnels par Biotissus permet à des agriculteurs de se convertir en bio avec la certitude de trouver des débouchés à leur production. « En Bretagne, on ne cultive que du lin alimentaire » précise la jeune femme. Une question de climat, parait-il.

Patronne et maman

Tandis que l'une parle chiffons dans un univers plutôt féminin - « la plupart de mes clients sont des clientes » sourit Stéphanie – l'autre s'impose dans un monde assez masculin. Parmi les 22 employés de DJ Création, on ne compte que deux femmes : la directrice et son assistante. Mais pour l'une comme pour l'autre être une femme n'a jamais été un problème. « Une seule fois, tout au début – reconnaît Jocelyne – un architecte a voulu me coller pour voir si je m'y connaissais en technique. » Depuis, tout se passe bien même si elle finit par avouer que « quelquefois c'est peut-être plus difficile de se faire respecter. »

Si Stéphanie déclare être une « femme épanouie » quand elle évoque ses trois enfants âgés de 5 à 9 ans, Jocelyne a comme un regret dans la voix en pensant aux jeunes années de son fils, 30 ans aujourd'hui, et de sa fille, 23 ans. « Ma chance était d'avoir mes parents – dit-elle – Je récupérais les enfants le soir après le repas, ils étaient déjà en pyjama et en 29 ans, je n'ai dû passer que deux mercredis avec eux. Je culpabilisais parfois. Il y a des moments de leur petite enfance dont je n'ai gardé aucun souvenir ! » Mais comme c'est une femme battante, elle relativise immédiatement : « Les enfants disent qu'ils n'en ont pas souffert ; en tout cas, ils sont devenus très autonomes ! Mais j'ai juré à mon fils de ne pas faire la même chose avec mes petits-enfants. »

Jocelyne envisage en effet « d'ici deux ans sans doute » de prendre un peu plus de temps pour elle. « Ce n'est pas facile quand on est une femme, c'est un vrai parcours du combattant – s'excuse-t-elle – parce que quand on rentre le soir, on a encore plein de choses à faire. Certaines semaines, c'est de la folie, en trois jours, j'ai fait mes 35 heures et je n'arrive pas à prendre du temps pour moi. Les seuls moments où j'arrive à décompresser, c'est lorsque je vais chez la coiffeuse... ou chez le dentiste parce que là, je dois rester une heure sans rien faire. »

Femmes Economie logo 2

Et après ?

Mais celle qui dit vouloir prendre du recul, ajoute aussitôt qu'elle espère que sa récente récompense lui permette d'entrer dans une association. Son envie : transmettre sa « force intérieure » à d'autres femmes tentées par l'aventure de entrepreneuriat. « Je suis autodidacte, je me suis construite en bossant - conclut-elle – et j'ai envie de faire passer ce message : ne jamais baisser les bras. »

Stéphanie, elle, n'en est pas encore à l'heure des bilans ni de la transmission. Elle savoure son Prix de la Femme dans l'Industrie comme une reconnaissance personnelle ; « c'est un joli éclairage – dit-elle – c'est une récompense qui vient couronner des années de travail et ça fait extrêmement plaisir. » Pour elle, l'aventure ne fait que commencer. Malgré une conjoncture un peu morose en France et depuis peu en Bretagne, elle se dit plutôt confiante en l'avenir. « On est sur un marché et un produit que se développent plus vite que le reste de l'économie. Lorsque j'ai créé ma société le tissu biologique n'existait pas en France, et Biotissus est aujourd'hui la plus grosse société en termes de volume de vente et de gamme de produits – se réjouit-elle – et pour l'année 2014, il y a des chances pour que j'envisage de créer des emplois. »

Geneviève ROY

Les sept lauréates des Trophées « Les Femmes de l'économie » Bretagne 2013 :

Les laurates et nomines entoures de nos partenaires et notre jury 2
Sophie Deniel, Bookbeo, lauréate prix Femme Chef d'Entreprise (29)
Laurence Bouriel-Duval, Groupe Lamotte, lauréate prix Femme Communicante (35)
Valérie Renault-Hoarau, Delta Dore, lauréate prix Femme Dirigeante (35)
Stéphanie Abgrall, Bio Tissus, lauréate prix Femme dans l'Industrie (29)
Anne-Karine Stocchetti, Optimômes, lauréate prix Entreprise Responsable (56)
Gwenaelle Brenner, G2H29, lauréate prix Entreprise Prometteuse (29)
Jocelyne Truin, DJ Création, lauréate prix Performance Commerciale (35)


Découvrez les photos et portraits des lauréates sur le blog femmes-economie.com

 

 

Powered by CoalaWeb