Imprimer 
Maternité Famille Homosexualité PMA

Un peu provocante, Alice Coffin déclare : « la PMA, n'existe pas ! » Cette militante lesbienne féministe - invitée par le Collectif Breton pour la PMA fin janvier à Rennes - doute qu'on n'ait jamais vraiment envisagé d'élargir l'accès à la procréation médicalement assistée en France.

Pour elle, s'il y a urgence à (enfin) légiférer sur l'accès à la PMA pour toutes, c'est-à-dire plus seulement les couples hétérosexuels infertiles mais bien toutes les femmes qu'elles soient célibataires ou en couples, lesbiennes ou non, il ne s'agit pas seulement de faire des bébés.

Un slogan disait il y a quelques années : « on veut la PMA, pas les gosses ! » Une façon de demander une visibilité que la société actuelle refuse.

Un peu lasse de lutter depuis des années pour cette reconnaissance, la journaliste, membre de plusieurs collectifs de défense des droits LGBT, finit par conclure : l'urgence est du côté des femmes, mais certainement pas du côté des gouvernements.

 

 

AliceCoffin

 

« J'avais trente-trois ans quand on a commencé à entendre : la PMA, on va la faire ! » - se souvient Alice Coffin, un peu amère, citant la porte-parole de François Hollande avant l'élection présidentielle de 2012. Et rien ne semble avoir avancé depuis. Responsable de la Conférence Européenne Lesbienne, Alice Coffin juge que « la situation de la France est extrêmement particulière en Europe » et que ces tergiversations permanentes « racontent beaucoup de choses du contexte culturel français ».

Il y a quelques mois encore, elle rencontrait en compagnie d'une vingtaine de représentants d'associations LBGT, le président de la République. Et c'est en claquant la porte qu'elle a quitté Emmanuel Macron, dénonçant une « lesbophobie d'état ». « On a eu affaire à quelqu'un qui considère que les populations dont il parle n'ont rien à voir avec lui – s'indigne Alice Coffin – il nous a répété plusieurs fois que "c'est une question de conscience" et qu'il souhaite "un débat apaisé" ; je ne suis pas très confiante pour la suite ».

« Où sont les voix des lesbiennes ? »

La suite, ce sera un nouveau débat parlementaire, reporté pour la énième fois, qui devrait avoir lieu à l'automne 2019. Et sans doute, en tout cas toutes les associations LGBT le redoutent, un nouveau déferlement de propos lesbophobes notamment dans les médias qui donnent la plupart du temps plus de visibilité aux anti-PMA qu'aux personnes réellement concernées.

« Les médias ont beaucoup fait le jeu de la Manif Pour Tous – regrette encore Alice Coffin – même ceux qui ne sont pas anti-PMA semblent avoir une vraie fascination pour le camp des anti à qui on donne plus facilement la parole qu'aux lesbiennes. C'est en train de changer un peu, mais on a fréquemment vu des émissions de télé où sur le plateau n'étaient invités que des hommes pour parler PMA et souvent même des évêques ! »

PMA« Où sont les voix des lesbiennes ? » s'interroge Alice Coffin. Pourquoi ne jamais donner la parole à celles qui pourraient les représenter et jouissent d'une certaine popularité comme la joueuse de tennis Amélie Mauresmo ou la présentatrice du journal d'Arte, Marie Labory, toutes deux devenues mamans grâce à des PMA réalisées à l'étranger ?

« Le temps est un conditionneur de rapport de force »

« On est là pour défendre toutes les personnes qui veulent accéder à la PMA, bien entendu – argumente Alice Coffin – mais ça va bien au-delà de la parentalité. C'est une question de discrimination. L'urgence, c'est aussi de modifier la société française et notamment tous les blocages culturels qui conduisent à l'effacement des lesbiennes dans cette société. » Pourquoi cette invisibilité orchestrée ? Pour Alice Coffin, quelques réponses semblent possibles : « le mot lesbienne lui-même est terriblement compliqué à prononcer dans les médias » estime-t-elle et la communauté souffre d'un manque de représentations. « Pourquoi les personnes célèbres ne font pas leur coming-out ? » se demande-t-elle.

Car le temps passe et l'urgence n'est pas la même pour tou-te-s. « Qui peut se permettre d'avoir le temps sur la PMA ? » demande encore Alice Coffin qui dénonce le temps qui passe comme « conditionneur de rapport de force ». « La PMA est une urgence pour nous – dit-elle – mais ça ne l'est pas du tout pour les politiques et ça ne l'a jamais été ; on l'a vu avec les renoncements successifs ! Le temps est pour eux ; pour nous, il n'a pas la même portée. Moi, je ne voulais pas avoir recours à une PMA à l'étranger, j'ai aujourd'hui quarante ans... pour moi, c'est terminé ! »

Au-delà des cas personnels de femmes en attente d'accès légal à la PMA en France, Alice Coffin pointe la « responsabilité immense » des politiques qui laissent pourrir une situation. « Les mois qui s'annoncent vont être très compliqués – déplore-t-elle – en retardant la loi, les politiques donnent un blanc-seing à des propos qui conduisent directement aux agressions. Pour moi, la PMA n'existe pas en France parce que je ne suis pas sûre que depuis 2012 on n'ait jamais véritablement parlé de ça. Le seul discours public qui a émergé est un discours lesbophobe et transphobe qui a forgé un imaginaire collectif extrêmement toxique ! »

Son seul espoir ? Que davantage de personnes soient sensibilisées à l'homophobie galopante que connaît la France depuis quelques années et aux « traumas vécus par les personnes LGBT » lors des débats sur le mariage pour tous et que la population soit « un peu moins passive » aujourd'hui face à la virulence des anti-PMA.

Geneviève ROY

Powered by CoalaWeb