En quatre ans d'existence, Breizh Femmes a fait de nombreuses rencontres. Pour marquer cet anniversaire, votre web magazine vous propose de reprendre de temps en temps des nouvelles de ces femmes qui à un moment de leur histoire se sont confiées à nous. Une façon pour nous de "rester en contact"...

Première d'entre elles, Céline Boizard ; en octobre 2014, elle nous avait raconté la naissance de son entreprise Carrés Ronds, fabrique de biscuits sans allergènes pour laquelle elle s'était reconvertie. Chimiste spécialisée dans la gestion des risques, elle est devenue pâtissière.

carrerondlogo

Travaillez-vous toujours avec plaisir ?

Pour moi, cette création d'entreprise est une aventure humaine passionnante ! Et aujourd'hui, je travaille toujours avec plaisir parce que cette notion de l'humain est vraiment au cœur de Carrés Ronds non seulement au sein de notre équipe mais aussi dans toutes nos préoccupations puisque avant de fabriquer un produit, nous rendons d'abord service à nos clients. Nos produits s'adressent à des gens qui sont obligés de modifier leur alimentation par rapport à leurs allergies ou ceux qui renoncent à certains aliments par conviction. Ça reste primordial pour moi d'être à l'écoute de ces consommateurs.

Qu'est-ce qui a changé depuis notre rencontre en 2014 ?

On trouve de plus en plus facilement nos produits. Si nous n'avons toujours pas de boutique en direct nous sommes très bien implantés dans toute la Bretagne en magasins bio et dans quelques épiceries fines. Et nous sommes en train de nous développer plus loin sur le territoire français. Avec quelques projets à l'export également. Aujourd'hui, on trouve plus de produits sans gluten notamment dans les rayons des grands magasins ; je trouve que c'est important de faire de plus en plus le lien entre alimentation et santé. C'est bien sûr pour nous une concurrence supplémentaire mais je fais le choix de rester sur une gamme de qualité produite en petites séries. Ce qui a changé surtout c'est qu'aujourd'hui, Carrés Ronds peut salarier trois personnes à temps plein, en plus de moi-même.

Quels sont vos projets ?

Actuellement, nous sortons un nouveau produit qui est un biscuit au citron sans gluten et sans produits laitiers. Nous avons de plus en plus de demandes sur des produits vegans. Pour l'instant, nous n'utilisons pas de lait, mais toujours du beurre et des œufs dans certaines préparations ; nous travaillons désormais à de nouveaux produits sans ces trois ingrédients. Lorsque nous aurons atteint un rendu gustatif satisfaisant nous serons en mesure de proposer ce type de produits également.

Avez-vous avancé dans votre envie de transmettre à d'autres femmes désireuses de créer leur propre entreprise ?

Je me suis rapprochée du réseau Entreprendre ; aujourd'hui, c'est donc moi qui bénéficie d'un accompagnement financier et humain. C'est très appréciable quand on débute de pouvoir profiter des compétences des autres et d'entrer dans des réflexions communes ; j'avais besoin de ne plus être toute seule. Quant à la transmission, je suis en contact avec le réseau Femmes de Bretagne et j'espère pouvoir dégager du temps prochainement pour accompagner à mon tour !

Propos recueillis par Geneviève ROY

Lire aussi : Chimiste au laboratoire de pâtisserie, article publié le 8 octobre 2014

 

Powered by CoalaWeb

 

On reste en contact

Grâce à cette rubrique, retournons à la rencontre de femmes qui à un moment de leur parcours ont déjà croisé notre webmagazine depuis sa création en juin 2013...

 

Martha et les "enfants ACZA"

martha

 

Depuis sa création, Breizh Femmes s'intéresse au travail de Martha Diomandé et de son association ACZA qui milite contre l'excision. Pour elle, s'opposer à l'excision, c'est d'abord accompagner les matrones – les exciseuses - vers d'autres pratiques qui permettent de respecter les traditions et d'assurer la formation des petites filles tout en se débarrassant de l'acte mutilant. C'est aussi proposer à ces femmes de rester des membres reconnues de leurs communautés.

Grâce à des campagnes de formation et à la construction de cases de naissance, ACZA est présente dans une quinzaine de villages en Côte d'Ivoire où commence à grandir une nouvelle génération d'enfants qui ne seront jamais excisées et de femmes épanouies dans leur mission d'accoucheuses.

« On ne force personne à venir accoucher dans nos cases – explique Martha Diomandé qui a répondu à quelques questions – mais les femmes qui viennent savent que leur enfant ne pourra pas être excisée. C'est un acte de courage pour elles de s'afficher ainsi. Leurs enfants appartiennent en quelque sorte à l'association. On les appelle les "enfants ACZA" ».

Lire l'interview de Martha Diomandé

Dans la même rubrique, retrouvez également : Céline Boizard ou l'entrepreneuriat comme "une aventure humaine passionnante" ; Anne Lecourt admise dans la cour des grandes.