L'école est-elle un lieu d'égalité ? On connaît la réponse, nuancée ; on se réjouit donc de constater que certain-e-s acteur-trice-s de l'éducation s'emparent du sujet pour le faire évoluer.

En Bretagne l'Académie vient de signer une convention avec la Fédération Régionale des CIDFF pour multiplier les partenariats dans les établissements scolaires.

Plusieurs objectifs s'entrecroisent : favoriser l'égalité entre les élèves mais aussi sensibiliser les personnels et faire entrer cette question dans la formation des futur-e-s enseignant-e-s.

IMG 4056

 

 

L'ESPE – Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education – était le cadre idéal pour la signature de la convention qui vient de formaliser des partenariats déjà existants en Bretagne entre les quatre Centres d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) et l'Académie. Vendredi dernier, Annie Guillerme, présidente de la fédération régionale des CIDFF, et Thierry Terret, recteur d'Académie, ont symboliquement apposé leurs signatures au bas de la convention, déclinaison régionale d'une convention nationale signée entre le ministère de l'Education et la fédération nationale des CIDFF de France.

Mise en œuvre d'objectifs communs

Les témoignages d'acteurs-trices de terrain étaient là pour le rappeler : le travail commun entre les CIDFF et les établissements scolaires existe déjà largement au niveau de toute la région. Ce sont plusieurs milliers d'élèves que rencontre chaque année le CIDFF dans les collèges, les lycées, les centres de formation des apprentis ou encore par le biais des missions locales ou de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ).

Dans son intervention, Annie Guillerme a rappelé les objectifs mis ainsi en œuvre auprès des plus jeunes : « la promotion de l'égalité et du respect mutuel, la prévention des violences sexistes et sexuelles, l'éducation à la sexualité » mais aussi « l'élargissement des choix en matière d'orientation scolaire et professionnelle au-delà des stéréotypes et des représentations », souvent freins dans les décisions des élèves ou même des adultes qui les accompagnent.

En effet, ne sont pas seulement visés les élèves. C'est bien l'ensemble du monde de l'éducation qui est concerné y compris les enseignant-e-s et futur-e-s enseignant-e-s et les personnels de toute sorte comme a pu le rappeler Danielle Bousquet, venue présenter le rapport du Haut Conseil à l'Egalité qu'elle préside. Fin 2016 le HCE faisait ses recommandations pour « faire des personnels enseignants et d'éducation les moteurs de l'apprentissage et de l'expérience de l'égalité ».

Des regards différents et complémentaires

« L'école compte parmi ses missions fondamentales celle de garantir l'égalité entre les filles et les garçons » a souligné Thierry Terret, saluant le déploiement de référents égalité dans l'ensemble des académies comme « un outil extrêmement précieux », citant également les ressources du site Eduscol.

« Les associations comme le CIDFF ont toute leur place aux côtés des enseignants dans les parcours éducatifs ; elles apportent outre leur regard différent, des compétences spécifiques et complémentaires » a-t-il encore ajouté.

Pour sa part, le CIDFF a insisté sur l'importance de partenariats sur la durée qui permettent de mieux sensibiliser les plus jeunes mais aussi de travailler plus étroitement avec les équipes éducatives. « Ce partenariat – a notamment souligné Annie Guillerme – est aussi un lieu d'échange de savoirs et de bonnes pratiques » ainsi qu'un moyen de « développer des actions communes visant à la communication et la diffusion de la culture de l'égalité ».

Geneviève ROY

Photo : service communication du rectorat

Powered by CoalaWeb