« Il y a quelques années, je réalisais un reportage sur les quartiers sud de Rennes – raconte Christine Barbedet - et un gamin de onze ans m'a dit : dégage ; on ne parle pas aux femmes, ici ! » Une « connerie de gosse » pense-t-elle d'abord.

Puis, à la réflexion, elle se dit qu'il serait intéressant de montrer que ces femmes auxquelles certains n'ont peut-être pas envie de parler ont pourtant des choses à dire.

Et la journaliste et plasticienne se lance dans un nouveau projet au cœur du quartier du Blosne en partenariat avec l'association Comme à l'Envi. Une histoire de femmes où « Celles du Blosne racontent... »

 

blosne1

 

Pendant quelques mois, avec une vidéaste et une dessinatrice, Christine Barbedet a sillonné les rues et les marchés mais aussi les structures du quartier à la rencontre des femmes. « Je leur ai proposé – dit-elle – de me donner un objet et un message qu'elles souhaitaient transmettre à leurs fils de sang ou leur fils de cœur. » Dans le cadre des journées des droits des femmes, le projet va être présenté au public sous forme d'une exposition constituée de textes et de photos joliment illustrés par Martine Sauvage et accompagnée d'une vidéo où des femmes se confient devant la caméra de Stéphanie Priou.

« Martine a dessiné les paysages intérieurs, ce qui nous origine - explique Christine Barbedet sous l'œil bienveillant de ses deux complices – et Stéphanie est allée rencontrer des femmes chez elles pour leur proposer de raconter un événement important de leur vie. » Elles parlent de naissances, de voyages, de migrations, parfois même confient des étapes difficiles dont elles sont sorties comme l'alcoolisme ou la violence par exemple.

Du temps pour se nourrir mutuellement

Les trois artistes ont fait le choix d'être « ancrées dans les structures du quartier ». Ainsi de la Maison de la Suède au Cercle Paul Bert en passant par le Centre Islamique ou le dialogue avec les agents de proximité, elles sont allées au fil des mois à la rencontre des femmes du Blosne. Un travail assez long pour « entrer en confiance » disent-elles et permettre qu'elles « se rencontrent et se nourrissent mutuellement. »

A la Maison de la Suède, c'est le groupe de parole qu'anime Edith Germain qui s'est prêté au jeu. « Ce projet correspond tout à fait ce que nous avons envie de faire ici » raconte celle qui après un livre de cuisine réalisé l'an dernier envisage une autre publication afin « de garder une trace écrite » des échanges entre ces femmes qui viennent ici prendre du « temps pour elles, se retrouver entre voisines et copines »

Etre fières de transmettre

blosne2Valérie et Rachida, toutes deux habituées de ces rencontres, s'enthousiasment devant les deux immenses panneaux où elles peuvent contempler leurs photos et lire leurs témoignages. « J'ai choisi l'histoire de mon Papa – raconte Rachida, la Marocaine – c'était un combattant qui a réussi à faire sa vie, à s'épanouir. Je suis fière de lui et j'avais besoin d'en parler. Je voulais montrer à mes enfants qu'il était parti de rien, en commençant la mécanique dès l'âge de dix ans et qu'en faisant des études le soir, il avait réussi à tout apprendre tout seul. »

Valérie, quant à elle, a choisi de poser avec sa théière, un symbole de convivialité et de partage. « Quand il fait beau – dit-elle- je sors mon plateau et je vais partager le thé dans le square parce que ça me fait plaisir de faire plaisir aux autres ! Ma théière, c'est aussi le Maroc, un pays où je suis allée pendant une dizaine d'années régulièrement et où j'ai tissé beaucoup de liens. »

Des panneaux comme ceux de Rachida et Valérie, l'exposition présentée du 1er au 13 mars à la Maison Internationale de Rennes en compte une vingtaine. Parce que toutes les femmes ont quelque chose à dire et qu'il est important de savoir les écouter. Et pour que la boucle soit bouclée, ce sont des jeunes garçons du Blosne qui ont accepté d'animer dimanche 6 mars un temps de lecture publique. Ce jour-là, Brahim, Abdelaziz et les autres liront une sélection des témoignages de femmes.

Geneviève ROY

En savoir plus sur le projet "Celles du Blosne racontent" : ici

Exposition à la Maison Internationale de Rennes, quai Châteaubriand, du 1er au 13 mars, de 13h 30 à 18h 30.
Lecture publique au même endroit le 6 mars à 15h et à 17h.

 

Powered by CoalaWeb

 

Une seule image

Chaque mois, une actualité résumée en une photo...

 

Octobre Rose  - Course la Colombia avec le Comité Féminin 35 à Rennes

colombia