Depuis près de deux ans, Solenn Douard s'accorde ce qu'elle nomme ses « moments à [elle] ». Impliquée dans le développement durable par son travail, elle poursuit cet engagement de façon bénévole grâce à une ONG dont les valeurs l'ont séduite.

Elle a rencontré le mouvement international Soroptimist début 2017 et est devenue présidente du club de Rennes en octobre de la même année.

Et c'est avec enthousiasme qu'elle a choisi de faire une place dans son « organisation déjà compliquée » à ces autres femmes qui se définissent comme «actives, engagées dans la vie sociale et professionnelle pour améliorer la vie des femmes et des filles dans leurs communautés ».

 soroplogo

« C'est autre chose que le sport, autre chose que la lecture, autre chose que le boulot ; c'est un moment où j'existe en tant que femme avec d'autres femmes ». Quand Solenn Douard décrit son implication au club Soroptimist de Rennes on sent tout l'enthousiasme qui la porte. « On peut partager nos regards sur la société, prendre le rôle de leader et faire bouger les choses dans des domaines qui ont beaucoup d'impacts » se réjouit-elle.

« C'est une ONG structurée, qui a une légitimité reconnue jusqu'à l'ONU et qui défend des causes qui me parlent » résume encore Solenn Douard. Fondée en 1924, l'association dénombre 116 clubs en France et est présente dans 123 pays. Ses cinq domaines principaux d'intervention sont l'éducation des filles et des femmes, la lutte contre les violences à l'égard des femmes et des filles, l'autonomisation et le leadership des femmes, la santé et l'environnement. Autant d'arguments qu'elle a trouvés « cohérents et stimulants » pour accepter d'inscrire cet engagement dans son emploi du temps déjà bien rempli.

La richesse de l'inter-génération

Ce que dit a retenu l'attention de la jeune femme c'est aussi toute « la dimension humaine » de Soroptimist. Très attirée par l'inter-génération, elle a trouvé au club de Rennes des « belles personnalités » dont « la solidarité pouvait [l']aider ».

« Je suis entourée de femmes aux beaux parcours de vie – détaille-t-elle – j'ai devant moi des exemples à suivre de femmes qui ont connu des époques plus difficiles pour faire valoir leurs raisons d'être, leurs talents ; j'ai trouvé leurs histoires très riches et je m'accorde ces temps-là parce que c'est agréable de partager l'expérience de ces femmes. C'est pour moi une forme d'épanouissement et je suis très contente de représenter la tranche des quadras au club. D'ailleurs, j'envisage aussi d'impliquer mes filles pour jouer des rôles de mini-sorop parce que je trouve formidable le mélange des générations, une sorte de complémentarité entre l'expérience acquise et la fraîcheur de la jeunesse ! »

A son arrivée à la présidence du club de Rennes, Solenn Douard a d'abord voulu prendre du temps pour « donner du sens ». « Dans la perspective de recruter, de fédérer, il fallait d'abord savoir parler de nous et regarder comment on peut incarner au mieux les valeurs de Sorop dans la vie concrète de notre club » analyse-t-elle.

Une action annuelle contre les violences

Un travail d'équipe qui n'a pas empêché d'avancer sur les grands projets en cours. Notamment l'action emblématique proposée chaque année par le mouvement national et relayée localement par les clubs à l'occasion de la journée du 25 novembre pour l'élimination des violences faites aux femmes. Cette année encore une soirée cinéma est programmée à Rennes dont les bénéfices sont entièrement reversés à l'ASFAD, association d'aide aux femmes victimes de violences conjugales.

filmSolenn Douard et ses amies ont également choisi d'apporter leur soutien à des associations qui défendent des valeurs qu'elles partagent. Côté santé, un partenariat existe avec l'association des Roz Eskell ; côté écologie, c'est l'association SelvaViva pour la reforestation en Amazonie qu'elles suivent depuis l'an dernier. « Nous continuons – dit la présidente – à identifier des associations rennaises faites par des femmes, avec de beaux projets qui nous parlent ; nous aimerions en accompagner une petite dizaine notamment celles qui donnent la parole aux femmes ».

Sans oublier le développement durable auquel le club de Rennes et sa présidente tiennent beaucoup. Pour juin 2019, un grand forum organisé en partenariat avec des étudiant-e-s devrait le mettre à l'honneur à l'occasion de la semaine nationale de l'environnement.

En Bretagne quatre autres clubs Soroptimist poursuivent des projets dynamiques : à Lorient, Quimper, Lannion et Vannes. Pour l'an prochain, les quelque vingt membres du club de Rennes préparent une rencontre inter-clubs qui devrait réunir dans la capitale bretonne tous les clubs du grand ouest de la France, Paris inclus, soit précise Solenn Douard « quasiment la moitié du territoire ! »

Geneviève ROY

Pour aller plus loin :
Le club Soroptimist de Rennes vous donne rendez-vous le mardi 27 novembre à 19h30 au cinéma Gaumont pour la projection du film « Les Conquérantes » de Petra Volpe. Ce film récompensé au festival de Tribeca en 2017, relate le combat des femmes suisses pour le droit de vote ; il sera suivi d'un temps d'échanges et de débat. Réservations par mail à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  - 10€ la place.

Photo n°1 : remise du chèque à l'ASFAD en novembre 2016

Powered by CoalaWeb