Il est des drogues plus douces que les autres. Celle de Catherine Baudichet pèse près de quarante kilos et lui procure des vibrations.

Passée par le piano puis la harpe celtique, l'ancienne prof de maths devenue musicienne à plein temps (et plus) se consacre désormais à l'instrument de ses rêves : la harpe classique, dite aussi harpe à pédales.

Et malgré son encombrement, et sa fragilité, elle n'hésite pas à l'emporter partout avec elle pour ne jamais être « en manque ».

 Baudichet

 

Bordelaise d'origine, Catherine Baudichet est arrivée en Bretagne voilà plusieurs décennies pour enseigner les mathématiques et la musique. Deux passions qui semble-t-il s'accommodent assez bien l'une de l'autre. A la naissance de ses enfants, l'enseignante choisit de ne garder que les maths qu'elle enseigne à temps partiel pour pouvoir trouver le temps nécessaire à sa pratique artistique. Et depuis plus de six ans, elle a franchi un nouveau pas ; elle a quitté l'Education Nationale et consacre toute sa vie à la musique : quelques cours particuliers, des chroniques de temps en temps sur une chaîne de télévision locale et surtout une pratique intense, voire intensive, de son instrument de prédilection sur lequel elle alterne jazz, variété et musique classique.

« J'ai besoin de ressentir ces vibrations ; quand je n'ai pas ma dose, ça ne va pas ! »

« A l'origine, je suis pianiste » raconte Catherine qui est venue assez tardivement à la harpe, un instrument « un peu complexe » dont on sent qu'elle s'amuse encore à découvrir toutes les possibilités. Et ce « quatre heures par jour minimum ». Si l'ancienne enseignante s'est éloignée des tableaux noirs c'est bien pour vivre pleinement sa passion. « Si je n'ai pas mon temps de pratique quotidienne, je suis clairement en manque » s'amuse-t-elle, puis, poursuivant sa métaphore : « quand on tient son instrument contre son corps, la caisse de résonance envoie énormément de vibrations ; j'ai besoin de ressentir ces vibrations, quand je n'ai pas ma dose, ça ne va pas. Je suis carrément droguée de la harpe ! »

Alors, malgré la taille imposante de son instrument, Catherine a pris l'habitude de se déplacer avec. « Les harpes celtiques s'emportent facilement – explique-t-elle – mais une harpe classique comme la mienne pèse environ trente-six kilos avec la housse et tout le matériel, on arrive à peu près à quarante ! » Heureusement, estime celle qui ne pèse guère que cinq kilos de plus que son instrument, les fabricants ont pensé à tout et notamment au chariot adapté pour le transport.

« Comme c'est surtout un instrument de femmes – poursuit la musicienne – ils sont au petits soins pour nous et maintenant, je suis capable de charger et de décharger ma harpe de ma voiture toute seule ! » Et très fière, elle énumère les lieux les plus difficiles d'accès où sa harpe et elle ont pu se produire : l'Abbaye du Mont Saint-Michel, le château d'Angers et ses cours pavées, l'Abbaye de la Lucerne...

« Ma façon de diriger était différente de ce qu'elle voit quand le leader est un homme »

La harpe est selon Catherine Baudichet – et les statistiques – un instrument « très féminin pratiqué à 85 voire 90 % par des femmes ». « Un peu comme l'équitation ! » plaisante la musicienne qui, plus sérieuse, observe tout de même que cette large majorité de pratiquantes ne se retrouve pas véritablement en concert où « si beaucoup de femmes jouent de la harpe en public, on s'aperçoit que les hommes y sont aussi beaucoup plus représentés que dans les lieux d'apprentissage ».

CognetC'est un des points qu'elle soumettra sans doute à l'attention du public qui est invité dans quelques jours à venir à la fois écouter sa musique et débattre avec elle de sa pratique artistique. Une soirée « ni concert, ni conférence » organisée avec la complicité de Françoise Cognet, séduite par l'artiste lors d'un concert voilà quelques mois.

« Ce qui lui avait plu – se souvient Catherine Baudichet – c'est que le leader du concert était une femme et qu'elle trouvait que ma façon de diriger mes collègues était différente de ce qu'elle voit d'habitude quand le leader est un homme. » Et Françoise Cognet confirme ; « tu dirigeais fermement mais en même temps tu expliquais aussi très bien au public ». Réflexe d'enseignante, peut-être.

Françoise Cognet a concocté un programme combinant musique, textes et dialogue avec le public. « Nous voulons – explique-t-elle – présenter à la fois le travail de musicienne de Catherine en mêlant à cette musique (avant, après ou en même temps) des textes écrits soit pour des femmes, soit par des femmes, soit sur les femmes pour montrer que la musique et plus généralement les arts sont des moyens d'implication, que les femmes savent aussi s'y investir. »

« Attirer sur ma harpe des morceaux qui ne sont pas écrits pour cet instrument »

Au programme : des extraits des femmes Savantes, mais aussi des textes de Judith Gautier et des parcours de femmes comme notamment celui de la musicienne Augusta Holmès que Wagner rêvait d'épouser. Les deux femmes veulent faire de ce temps d'échange « quelque chose de ludique » mais montrer aussi que « la pratique culturelle parle de l'émancipation des femmes et leur donne des outils pour s'émanciper ».

Si Catherine Baudichet ne compose pas (encore) elle se passionne en revanche pour l'adaptation musicale. « Ce qui me passionne -dit-elle – c'est d'attirer sur mon instrument des morceaux qui à mon avis devraient sonner sur une harpe mais qui ne sont pas écrits, pas pensés à l'origine pour cet instrument-là ! »

Ou comment faire passer une partition des touches blanches et noires d'un piano aux cordes et pédales d'une harpe... Cela semble compliqué quand Catherine en parle ; sûrement plus envoûtant quand elle le joue !

Geneviève ROY

Pour aller plus loin : lundi 19 mars « De la musique à la parole, elles s'engagent, elles partagent » à 18h 30 à l'Espace Ouest-France

Powered by CoalaWeb