A l'occasion des journées du mois de mars à Rennes dont la thématique cette année était l'éducation, Janine de Nascimento est venue de Brest présenter l'association qu'elle préside, l'EpE, lors d'une table ronde qui se tenait le 12 mars dernier à la MIR.

 

ego

 

L'Egalité par l'Education. « D'une manière plus courte mais aussi plus tranchante, nous voulons l'appeler l'EpE » dit d'emblée la présidente de l'association brestoise, Janine de Nascimento. L'objectif de cette association créée en 2012 étant précisément de « pourfendre les stéréotypes en tout genre ».

 

 

C'est dans la sphère de l'éducation que l'EpE s'est immédiatement imposée faisant le choix de développer des outils pour les mettre à disposition des collégien-nes et lycéen-nes. Enquêtes, questionnaires, projections de films suivis de débats, toutes les occasions sont bonnes pour que l'EpE se rende à la rencontre des adolescent-es et y recueille leurs paroles.

De ces échanges naît une première BD en 2013 réalisée « par et pour les jeunes ». Dans Egaux sans Ego ce sont cinq histoires qui parlent d'image, de nouvelles technologies, de mixité des métiers mais aussi des relation amoureuse et de sexualité, dont les jeunes Breton-nes se sont emparées sur leur temps scolaire ou périscolaire. Ils les ont lues, mises en scène, interprétées, dansées... notamment lors de la Biennale de l'égalité organisée par la Région Bretagne en 2014 à Lorient.

Sensibiliser dans un objectif de prévention

La BD a trouvé son public et Janine de Nascimento se réjouit de la voir exportée vers le Maroc en 2016 pour le premier festival de BD ados organisé par les douze Instituts Français. C'est le début d'une nouvelle aventure qui permet aux jeunes par-delà les frontières de comparer leurs préoccupations et leurs modes de vie.

Depuis le 8 mars 2017 (date symbolique à laquelle la présidente de l'EpE semble tenir) la BD a sa version numérique directement accessible sur le site de l'association mais aussi sur celui du réseau Canopé de l'Education Nationale.

lettres1En 2018, l'EpE se lance un nouveau défi : un concours épistolaire à la manière des Lettres Persanes visant à dénoncer les inégalités entre les filles et les garçons. Le concours se veut francophone et ce sont quatre pays qui s'inscrivent pour y participer ; outre les lycéen-nes Breton-nes, la réflexion touche aussi celles et ceux de Belgique, de Tunisie et du Maroc.

Les (très) nombreuses lettres reçues font l'objet d'une première sélection et un recueil de 160 textes est publié bientôt suivi d'un roman graphique scénarisé par Gwénola Morizur et illustré par Laetitia Rouxel, deux artistes rennaises choisies « pour leur sensibilité aux questions d'égalité ».

Janine de Nascimento se félicite du succès de ces outils aujourd'hui présents dans les Centres de Documentation de nombreux établissements scolaires. « Il s'agit par l'usage de nos outils d'établir en confiance une démarche de conscientisation, de sensibilisation et de réflexion sur la question du sexisme qui traverse nos sociétés dans un objectif de prévention » rappelle-t-elle.

Geneviève ROY

Pour aller plus loin : voir aussi notre article sur la BD Au carrefour des mondes

Powered by CoalaWeb