Dans le paysage culturel rennais, les Editions Goater occupent une place singulière. Sans doute parce que leur créateur, Jean-Marie Goater a lui-même une personnalité à part.

Soucieux d'innover dans un travail où il n'entend pas se contenter de lire les manuscrits qu'il reçoit chaque jour, il n'hésite pas à lancer ses propres projets et à partir à la recherche de nouveaux auteurs et nouvelles autrices.

Le dernier né du catalogue est un recueil de contes « un peu différents comme tout ce que je fais » résume l'éditeur. Des textes « arc-en-ciel » pour changer des histoires pleines de stéréotypes.

Goater

 

 

 Chaque jour, Jean-Marie Goater reçoit deux ou trois manuscrits. « C'est beaucoup trop » estime l'éditeur rennais qui avoue « être obligé de dire non cent fois plus souvent qu'il ne dit oui » à tou-te-s ces écrivain-e-s qui s'adressent à lui avec espoir. « Je ne veux pas m'enfermer dans la réception de manuscrits et ne faire que ça » explique-t-il encore. Alors, pour éditer les livres qu'il aurait envie de lire, il a choisi « d'aller chercher les choses ».

Des formes classiques mais décalées

Celui qui édite entre quinze et vingt ouvrages par an, a ses petites obsessions. Par exemple celle de mettre en valeur des autrices notamment sur des sujets où on en trouve peu comme les polars ou la science-fiction, deux milieux qu'il décrit comme fortement marqués par le machisme. Qu'il s'agisse de littérature pour adultes ou de collections pour enfants, il s'attache aussi tout particulièrement à déconstruire les stéréotypes. « J'aime bien utiliser des formes classiques en essayant de les détourner » analyse-t-il sobrement.

Goater2A son actif : un album de coloriage féministe, un autre intitulé "c'est quoi ton genre ?" et dans ses rêves le projet d'un almanach féministe. Dernièrement, il s'est régalé à la lecture de l'histoire d'un petit garçon qui porte une robe mandarine écrite par un auteur Canadien dont il va prochainement proposer une version en français et une autre en breton. « C'est une très belle histoire pour enfants – dit-il – J'ai beaucoup cherché des livres intéressants qui abordent les questions de genre et c'est un des plus beaux que j'ai trouvés. »

Après des contes écolos et des légendes Anasazi, voilà désormais les contes LGBT. « J'avais envie de dépasser les stéréotypes de genre très présents dans les contes – explique Jean-Marie Goater – la princesse qui attend le prince charmant en haut de sa tour ou les lavandières des contes bretons traditionnels, eux aussi empreints de beaucoup de misogynie ». Le meilleur moyen pour en trouver était d'en commander. Avec le CGLBT de Rennes, les éditions Goater ont lancé un appel à textes voilà quelques mois. Résultats : une trentaine de textes reçus et quatorze sélectionnés « avec bienveillance et la volonté d'avoir un panorama large de sensibilités ». Le livre vient de sortir et était notamment présenté samedi dernier lors de la Marche des Fiertés Bretagne à Rennes.

L'expérience de la littérature participative

Pour l'éditeur, il s'agit de contes modernes et il se réjouit de « petites trouvailles assez sympas » écrites par des hommes, des femmes ou des personnes transgenres qui vivent là leur première publication. Avec cet ouvrage, il retrouve un style qu'il apprécie beaucoup : le travail collectif. « La démarche collective est intéressante – dit-il – c'est presque de la littérature participative ; tout le monde s'implique ! » Et lui, de son côté, aime cet accompagnement de jeunes auteur-e-s qu'il se plaît à « pousser le plus loin possible » dans leur créativité.

Goater1Dans les cartons et les tiroirs des éditions Goater, il y a encore beaucoup de projets qui devraient nous séduire concernant notamment le matrimoine littéraire breton ou un essai sur l'enfance violée au 19ème siècle, des albums pour enfants ou des bandes dessinées. S'il ne cache pas ses engagements, Jean-Marie Goater affirme être avant tout un professionnel.

« Je me considère comme un éditeur militant – reconnaît-il – mais je ne veux pas être porte-parole d'une idéologie. Je suis d'abord un éditeur de livres et je veux pouvoir garder une certaine ouverture sur toute sorte de livres différents. » Sa petite maison d'édition reste fragile économiquement, mais il est fier que ses livres soient présents « en quantité limitée, mais partout ». « Ça tient -dit-il – à la nature des livres que j'édite ; une pièce de théâtre bilingue français breton, forcément, on ne va pas en vendre des mille et des cents ; mais c'est bien de le faire ! »

Geneviève ROY

Un ouvrage à découvrir :
Première sortie de Ainsel – une des deux bandes dessinées publiées dans la nouvelle collection des éditions Goater destinée à lancer de jeunes auteur-e-s. Ainsel est une jeune dessinatrice Rennaise qui signe une histoire originale et sensible, « le chemin sans parole d'une jeune transgenre » qui dans les reflets de la ville et dans les regards qu'elle croise cherche sa propre identité – 6,50€


Powered by CoalaWeb